Free View  
  Dr Simon El HAYEK  
 
Le tout premier catéchisme en langue arabe en espagne au XVIième siècle.
  Ce catéchisme ou “doctrina christiana en lengua araviga y Castellana, Valencia 1566 ” est, à juste titre, le tout premier livre de ce genre destiné aux “moriscos” ou musulmans d’Espagne convertis après la reddition de Grenade en 1492 et l’écroulement définitif du royaume arabe en Péninsule Ibérique.

  Les Capitulations signées entre les Rois Catholiques Ferdinand et Isabelle et le roi Maure de Grenade Abou-Abdallah, dit Boabdil, postulaient la pleine garantie des droits d’un million et demi des musulmans d’Andalousie dans leur langue, leur liberté de religion et leur état civil, comme si rien n’aurait changé.

  Cet état de choses ne dura pas longtemps. Les Rois Catholiques s’attendaient,
entre-temps, à ce que les musulmans, en s’intégrant dans la nouvelle société unifiée politiquement, ne tarderaient à le faire religieusement. Au bout de sept ans ils entreprirent une campagne d’intimidation et de contrainte qui donna lieu à une insurrection dans les rangs des vaincus et la mort d’un grand nombre dans les deux camps. Conséquence de tout cela fut un nouveau décret–loi ordonnant l’expulsion de quiconque n’adopterait pas la religion de l’état unifié. Pour sortir de cet embarras, les musulmans firent semblant de se faire baptiser, mais d’un baptême par contrainte, sans aucune conviction ni préparation dans la doctrine chrétienne. Force en est donc de les initier à cette religion.

  La première initiative dans ce sens eut lieu dans le diocèse de Valence par les soins de son archevêque  Martin de Ayala qui confia à une équipe de ses prêtres et missionnaires, connaissant l’arabe, de rédiger un petit catéchisme bilingue contenant les prières et les éléments principaux de la religion chrétienne à l’adresse de ces 150,000 néophytes musulmans de son diocèse. Il fut édité en 1566 ; le texte original est écrit en langue castillane et en dessous de chaque mot on trouve la traduction arabe écrite en caractères latins.

  
Il s’agit d’une traduction servile sans tenir compte des règles grammaticales ni de la terminologie chrétienne des expressions techniques ; d’autres expressions, par contre, sont maintenues dans son original latin, comme : Missa, hostia, caliz, confiteor, pater, credo, sanctus, etc.

  Le fascicule est de 24 pages et composé de petits titres, comme : le signe de la croix,le Pater Noster, l’Ave Maria, le Symbole des Apôtres, le Salve Regina, l’acte de confession, les 10 commandements de Dieu, les 6 préceptes de l’Eglise, les 7 péchés capitaux, les 14 actes de la miséricorde corporelle et spirituelle, les 7 sacrements de l’Eglise, les 3 vertus théologales, et finalement la partie de la messe correspondant aux fidèles.

  Le texte du catéchisme est précédé d ‘une lettre épiscopale aux catéchumènes musulmans les invitant à apprendre de son plein gré cette doctrine et de s’en convaincre, et se termine par une autre adressée aux catéchistes connaissant la langue arabe leur ordonnant de prendre au sérieux cette tache d’évangélisation des musulmans du diocèse de Valence.

1 ... 3